AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Inscriptions jusqu'au 24/05/2017. Voir avec la trésorière (en priorité) ou un autre membre du bureau.

Partagez | 
 

 Star Wars, épisode quarante-douze bis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Messages : 83
Date d'inscription : 13/02/2016

MessageSujet: Star Wars, épisode quarante-douze bis   Dim 4 Déc - 8:43

Je m'appelle Forbi Saagh et je suis Gran. La langue Gran est une belle langue mais la partie non-verbale de nos communication et notre naturel pacifique font qu'elle ne permet pas autant de nuances que celle des humains, c'est pour ça que j'utiliserai cette dernière pour rapporter ce qui nous est arrivé ces derniers jours…
AVERTISSEMENT : Star Wars étant une licence Disney, certaines expressions jugées non-politiquement correctes ont été autant que possible expurgées du texte suivant par le module de R2-D2.
PANIQUE À MOS SHUUTA

Je ne sais pas comment ce [bip !] de Bro s'est débrouillé pour nous planter comme des [bip !] après avoir traversé sans problème je ne sais combien d'années lumière d'espace. Un coup de vent brutal à l'atterrissage d'après ce [bip !] Corellien. Il faut dire qu'on n'est pas gâtés ici, sur Tatooine. Ma [bip !] de planète natale n'est pas folichonne mais celle-là bat des records. Du sable, du vent et des [bip !] de mafieux Hutt. Et bien sûr, on s'est planté pile sur une baraque qui appartient au baron local, Teemo le tas de [bip !]. On a juste eu le temps de se barrer du vaisseau avec ce qu'on avait sur nous avant qu'ils ne nous tombent dessus.
Depuis… Eh bien, je ne sais pas si c'est le choc ou la chaleur, mais je suis incapable de me souvenir de comment on a fait pour manger, dormir et échapper aux fils de [bip !] qui nous recherchent depuis plus de deux semaines, mais on a réussi. Peut-être parce qu'ils ne nous recherchent pas avec beaucoup d'énergie. Ce sont des Gamorréens, gros, [bip !] et [bip !].
Bref, il fallait tout de même trouver un moyen de se barrer de ce [bip !] à rats. Difficile de gagner notre croûte en travaillant quand presque tout est sous le contrôle du [bip !] qui nous recherche. Killyox a bien proposé d'aller chasser telle ou telle [bip !] de bestiole pleine de dents et de griffes et d'en vendre la peau mais avec trois blasters, on était mal parti. La seule option restante était l'emprunt d'un vaisseau, de préférence celui de Teemo, afin de ne pas nous créer plus de [bip !] d'ennemis que nécessaire.
On tournait autour d'une des pistes d'atterrissage quand des Gamorréens de la caserne voisine, qui lézardaient comme des [bip !] au soleil, se sont brusquement rappelé qu'ils devaient nous attraper et nous ont foncé dessus. Je leur ai brillamment échappé, même si Killyox affirme que c'est parce les [bip !] n'en avaient pas après nous mais pourchassaient un Dral qui se promenait avec un droïde traqueur. Admettons. Ça m'ennuie de me mettre en travers des autorités locales mais je me suis dit qu'avoir avec nous ce Dral pourrait nous être utile, pour distraire de nouveaux ces [bip !] de gardes ou pour surmonter des problèmes techniques, alors j'ai suivi le mouvement, pendant que le Shistavanen allait à la cantina lamper une bière et vérifier s'il n'y avait pas une prime sur la tête du Dral et que le Corellien allait fouiller le bric-à-brac local dans l'espoir de trouver suffisamment de pièces détachées pour construire un vaisseau. Cette [bip !] de chaleur…
Le Dral est allé se planquer dans une sorte de bidonville un peu en dehors de la mesa principale, suivi par une partie des Gamorréens. J'ai abattu le [bip !] qui avait fait demi-tour quand il m'a reconnu. Il y a eu des tirs de blasters dans la bidonville et les Gamorréens ne sont pas ressortis. Un [bip !] de bon droïde ce modèle de traqueur.
Je n'ai pas vu la suite, Killyox demandant de l'aide face à de redoutables vendeurs et consommateurs d'alcool qui le regardaient… [bip !] Ce type vous arrache les boyaux d'un truc deux fois plus gros que lui avec une seule main et il [bip !] dans son froc pour aller commander une bière. Bon, il n'a pas eu de bière, pas d'infos et on s'est retrouvé devant le bidonville pour retrouver la trace du Dral. Killyox est vraiment un [bip !] de bon pisteur, mais quand il chasse, il est un peu monomaniaque. Il est littéralement tombé tête baissé sur des Stormtroopers. On n'avait pourtant pas besoin de plus de [bip !]. Ils n'ont pas réagi, ne nous ont pas reconnu, sans doute que Teemo n'a pas fait remonter l'info, le [bip !] doit avoir tout un tas d'affaires encore plus louches que les autres et il ne veut pas que l'Empire viennent y mettre son nez. [bip !]
On a retrouvé ce [bip !] Dral dans une boutique de fringues où il cherchait de la teinture pour son pelage. Ça et l'espèce de poncho [bip !] qu'il s'était dégotté confirmaient que même sans prime sur sa tête, il était recherché. On lui a proposé de travailler ensemble pour quitter les lieux et il a accepté.
Killyox nous a fait un autre de ses [bip !] de tours de grand chasseur en nous prédisant l'arrivée d'une [bip !] de tempête et on s'est dit qu'on pouvait en profiter pour nous glisser dans le spatioport. Mais ces [bip !] ont des droïdes de guerre en faction ! Des [bip !] de B1 ! Enfin, un à l'entrée et trois dedans. Je le sais parce que le Dral, Mochi, et Bro ont détourné l'attention du premier pour me permettre de me glisser sur la piste. Piste vide sans aucun appareil, [bip !] mais avec ces [bip !] de [bip !] de B1 de guerre ! C'est n'importe quoi. Bon, on a donc décidé d'aller voir l'autre spatioport mais en chemin Killyox a eu une bonne idée : passer d'abord par le centre de contrôle, histoire de voir si au moins il y en avait un de [bip !] de vaisseau. Eh puis, si c'est le cas, on pourra peut-être se débarrasser des [bip !] de droïdes de combat en les reprogrammant ou je ne sais quoi. [bip !], Vivement qu'on revienne à la civilisation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 83
Date d'inscription : 13/02/2016

MessageSujet: Re: Star Wars, épisode quarante-douze bis   Sam 14 Jan - 9:14

Je dicte ce mémo dans un vaisseau ouvert à tous les vents, et ce n'est pas rien dans le coin, coincé au fond d'un canyon, super pour être pris au piège, pendant que Killyox se plaint que ses chaussons sont déchirés et que Bro et Pash discutent sur qui est le meilleur pilote. Ah oui, [bip !] j'ai oublié de parler de Pash. Reprenons le cours de l'histoire, quand la poussière volait près du centre de contrôle de Mos Shuuta.

PLEIN DE NOUVEAUX AMIS

Évidemment, il y avait deux de ces [bip !] de droïdes de combat devant la porte du poste. Mais aussi un stormtrooper avec un prisonnier. Trop tard pour faire demi-tour, on décide de passer au culot. Avant même qu'on soit à la porte, ce [bip !] de stormtrooper tourne les talons et se barre. Je ne sais pas ce que Pash, le prisonnier, lui a baratiné, mais le soldat s'est barré comme si on était une armée de Sith. Moshi a fait sauter les menottes de l'humain, affirmant qu'un prisonnier libéré pouvait devenir un allié. J'étais [bipement !] méfiant au début, il faut dire que le stormtrooper ne lui avait même pas pris son flingue ! Bon, d'accord, ça faisait un peu gros comme piège, mais quand même. Bref, on se retrouve devant ces deux [bip !] de B1 qui refusent obstinément de nous laisser passer sans une [bip !] d'autorisation. Font [bip !] Moshi a tout de même réussi à les embobiner en nous faisant passer pour une équipe d'entretien et ils nous ont ouvert la porte. Et une espèce de petit [bip !] de Polis Massan en a profité pour se glisser derrière eux. Je voyais déjà les blasters partir dans tous les sens, mais les B1 n'y ont vu que du feu. Enfin un peu de veine ! On est tous rentrés, une vraie ruche à l'intérieur. Moshi a envoyé son droïde faire du repérage pour trouver la console de communication pour les B1 et je suis allé discuter avec l'humaine en chef, mais Pash m'avait précédé. J'ai un peu l'impression qu'il pensait plus à vider ses [bip !] qu'à trouver un vaisseau. Ils se sont donné rendez-vous pour un café ! [bip !] c'est pas comme ça qu'on va partir d'ici ! J'ai profité d'un vide dans leur parade nuptiale pour me présenter et demander officiellement la collaboration de l'humaine, la Contrôleuse Brin. Elle m'a donné toutes les informations utiles, à savoir qu'une navette Lambda était en approche, raison de plus pour qu'on s'éloigne, et qu'il y avait sur le tarmac Aurek un YT-1300 appartenant à un ami ou un employé de Teemo, Trix. Malheureusement, comme je lui avait baratiné un truc au sujet d'un fugitif que je recherchais, elle m'annonça qu'elle allait envoyer d'autres B1 pour "m'aider" dans ma fouille. Youpie. Pas question de leur laisser le temps d'arriver, on se tire aussitôt. Enfin, moi, Killyox, Brau et le Polis Massan on se tire. Parce que Moshi, voulant absolument virer les B1 de notre route, s'est obstiné à tourner autour de la console de communication en affirmant à son opérateur qu'il était là pour une mise à jour. En étant aussi crédible que Dark Vador sauvant un chaton. Ce [bip !], Moshi, pas Vador, ce [bip !] allait nous faire abattre quand Pash lui a sauvé la mise. Pas par altruisme, faut pas rêver, pour équilibrer avec sa libération. Bon, on s'en [bip !] de ses motivations, en tout cas, toujours pas de tirs de blasters.
Pendant ce temps, Killyox m'avait chuchoté qu'il voulait tomber sur le dos du Polis Massan pour lui demander, poliment, ce qu'il [bipait !] à nous suivre. On a découvert un avantage à interroger un Polis Massan : personne n'entend ses cris puisqu'il est télépathe. Il a affirmé qu'il voulait quitter cette [bip !] de merde, bienvenue au club, et que comme on faisait peur aux stormtroopers, il voulait venir avec nous. Et allez donc, un de plus ! Enfin, au moins, lui, il est discret.
Les autres nous ayant rattrapés, on a enfin tracé vers Aurek, avec deux B1 sur nos talons. On a mis au point un plan tout en marchant, vite, et on est passés comme des fleurs devant les deux B1 de garde. La rampe d'accès du vaisseau nous tendant les bras, nous sommes entrés, Brau et Killyox menottés comme si Pash et moi les gardions. Évidemment, au premier tournant on est tombé sur Trix, un Transodien qui n'a pas apprécié le rôle qu'on lui faisait jouer dans notre plan, celui de transporteur de prisonnier. Il a voulu appeler Teemo et le droïde de Moshi a coupé la communication à coup de blaster. Ça c'est mis à tirer dans tous les sens, un [bip !] de Gamoréen est arrivé dans notre dos, Brau a été aussi mauvais au flingue qu'en atterrissage, Utani, le Polis Massan, courait dans tous les sens… Bref, sans Killyox qui s'est jeté sur Trix toutes griffes dehors et mon vieux SoroSuub qui fait des trous gros comme ça, on y serait restés. D'autant qu'on s'est très vite retrouvés tous seuls face à ces deux [bip !], Pash et Brau s'employant à nous faire décoller avant que les B1 de dehors n'aient fini de découper la porte. Utani s'était planqué dans la tourelle de tir mais il ne s'en est pas servi. Heureusement d'une certaine façon. Le droïde de Moshi nous a bien aidé tout de même. Toujours est-il que quand la porte est tombée, Killyox pissait le sang sur le corps du Trandosien et j'étais plus qu'à moitié mort, face à un Gamoréen bien entamé mais toujours actif.
Et on était toujours posés dans ce [bip !] d'astroport ! Bloqués par les entraves sur les patins ! Un problème de code de [bip !] à la [bip !]. Je déteste toute cette paperasserie administrative.
Heureusement, ce [bip !] de Gamoréen a préféré filer dès que la porte s'est ouverte. J'ai envoyé le B1 à sa poursuite et on s'est retrouvés peinards sans plus personne à nous tirer dessus. Mais toujours cloués au sol, [bip !] ! Pendant que certains parlaient de fouiller Trix pour trouver son code, quels [bip !], j'ai embarqué Moshi avec moi et on est allés au petit poste de contrôle d'à-côté. Les types de faction étaient bien un peu nerveux après tous ces tirs, mais un peu de psychologie associée à une menace de blaster nous a laissé l'accès à la console de contrôle et Moshi a enfin libéré ce [bip !] de YT. En retournant rapidement au vaisseau, il a passé son temps à se rengorger, affirmant qu'il avait même shunté les alarmes, mais je me demande jusqu'à quel point c'est pas du flan pour se faire mousser.
Bon, on s'est enfin barrés, Brau aux commandes, et comme il y a un [bip !] de trou dans la coque, on a été se planqué au fond d'un canyon. Moshi affirme pouvoir réparer la porte et j'espère que Utani est aussi bon médecin qu'il le… [bip !] On peut dire "dire" pour un télépathe ? On s'en [bip !] en fait, j'espère qu'il va pouvoir nous retaper parce qu'on n'est pas vaillants Killyox et moi.
Et on est toujours sur cette [bip !] de planète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 83
Date d'inscription : 13/02/2016

MessageSujet: Re: Star Wars, épisode quarante-douze bis   Sam 11 Fév - 17:44

Nous avons donc quitté Mos Shuuta à bord d'un YT-1300. Super nouvelle. Sauf que le vaisseau n'a de spatial que le nom vu qu'il lui manque une porte, que Teemo doit toujours nous poursuivre, que je saigne comme un goret et qu'on n'est pas sortis de cette [bip !] d'auberge !

DU SABLE PLEIN LES DENTS (enfin, pour ceux qui en ont)

Dès que les moteurs se sont tus, on est tous partis dans tous les sens, comme des poulets sans tête. Je me suis dit qu'il fallait vérifier qu'on n'était pas poursuivis, alors je suis allé me chercher une tenue de désert dans les quartiers de l'équipage, pendant que les autres fouillaient à droite à gauche. Tout à coup, il y a eu des [bip !] de cris et de hurlements de Gamoréens, comme si une armée de ces [bip !] débarquaient dans le vaisseau. [bip !] J'ai failli en [biper !] dans mon froc. Au final, c'était ce [bip !] de Brau, incapable de traduire les boutons du poste de pilotage et qui avait déclenché une sorte d'alarme. La bonne nouvelle, c'est qu'il a réussi à la couper. La mauvaise, c'est que c'était pour prévenir que le réservoir est vide. Super ! Une [bip !] de plus, et de deux. Je suis sorti du vaisseau avant que quelqu'un ne fasse une autre [bip !], en me disant que j'allais me trouver un bon poste d'observation, mais je n'ai pas dépassé la rampe de débarquement, trop blessé. Le Polis Massan parle bien… non, il ne parle pas. Pense bien ? [bip !] Comment on dit pour un télépathe ? Bon, disons qu'il parle bien d'installer une infirmerie, mais je ne crois pas qu'il ait une cuve à bacta dans son sac à dos. Heureusement que je me suis rappelé que j'avais des stimpacks, sinon je serais encore en train de me tordre de douleur.
Sur ma rampe, au moins, j'échappais à la puanteur ambiante. Ça devait chatouiller férocement les narines de Kyliox parce qu'il a flairé dans tout le vaisseau avant de trouver que ça venait de peaux de wookies mal tannées. Il y avait même un cadavre à moitié dépecé. Ça a mis Kyliox en rogne. Pas parce que ces [bip !] avaient buté un Wookie, parce qu'ils avaient fait du boulot de [bip !] avec les peaux.
Pendant ce temps-là, Moshi, qui fouillait à la recherche d'une porte de secours, nous a sorti une autre bonne nouvelle : il manquait je ne sais quelle pièce à la [bip !] dans les moteurs et même si on réussissait à gagner l'espace, on ne pourrait pas passer en hyper-vitesse. [bip !] de [bip !] Et de trois ! Bon, il nous a tout de même annoncé dans la foulée qu'il pouvait bricoler la pièce manquante. Et en plus, il a trouvé un moyen de traduire le poste de pilotage pour que Brau arrête d'appuyer sur n'importe quoi. Finalement, on a bien fait de ne pas le vendre à Teemo.
Un des messages à la [bip !] du poste de pilotage concernait des espèces de tubes de contention pour le transport discret d'esclave, dont un était occupé par un Twi'lek mal en point. On a fait l'échange avec Trix et on a attendu trois jours que Moshi nous répare les moteurs : rations pas top, eau rationnée et sable plein les dents.
Quand il ne nous a plus manqué que du carburant et une porte on a décidé d'aller voir une zone habitée que Brau et Moshi avaient repérée un peu plus loin. On pensait tomber sur un petit village d'agriculteurs, mon [bip !] c'était une ville d'Hommes des sables. Normal. D'un autre côté, on était à peu près sûr de ne pas voir débarquer de stormtrooper ou des hommes de Teemo. On a mis tout ce qu'on pouvait troquer sur un chariot et on est descendu, Brau restant aux commandes et Utani dans la tourelle.
Je me doutais bien que ces [bip !] risquaient de nous jouer un tour de [bip !] mais je me serais encore plus méfié si ce [bip !] de Polis Massan n'avait pas attendu qu'on soit presque entourés par les Tuskens pour nous sortir qu'il était bien connu que ces [bip !] était xénophobes au possible. Utani s'est rattrapé en jouant bien son rôle de menace et en faisant tourner la tourelle. Ça a un peu calmé les ardeurs des Tuskens qui commençaient à nous encercler pendant que je marchandais. Et je nous ai sauvé les [bip !]. En échange des peaux et de Trix, ils nous ont fourni de quoi alimenter les moteurs et réparer la porte. On est reparti sans faire plus de politesse et on s'est reposé un peu plus loin pour faire le plein et les réparations.
On est donc dans un vaisseau en état de marche, bien que très rafistolé, et plus rien ne nous empêche de quitter cette planète. C'est pas normal, quelque chose va [biper !].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Star Wars, épisode quarante-douze bis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Star Wars, épisode quarante-douze bis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ludimaginarium :: 
Notre communauté
 :: Résumés de nos parties
-